x

Ferrum Mining : le nouveau partenaire obscur de la KRAOMA

Ferrum Mining : le nouveau partenaire obscur de la KRAOMA

Cet article est le deuxième de la série dédiée à la société Kraoma S.A.

Par Tahiry Rabenasolo

L’oubliée des médias

Le 8 août 2018, la société d’état malgache Kraomita Malagasy S.A., ou KRAOMA S.A., signait un partenariat stratégique avec la société russe Ferrum Mining LLC établissant une joint-venture, KRAOMA MINING S.A. Dans le premier article de cette série et la couverture médiatique qui l’a suivi, il a été question des conditions de ce partenariat stratégique, du contrat d’amodiation signé le 12 septembre 2018 entre KRAOMA S.A. et KRAOMA MINING S.A. et de la réaction des parties prenantes à ce partenariat malgacho-russe, notamment celle des employés de KRAOMA S.A. qui ont mis fin la semaine dernière à une grève qui avait débuté à la fin du mois de novembre 2018. Des liens entre ce partenariat et des soupçons d’appui de la Russie à la campagne électorale de l’ancien président RAJAONARIMAMPIANINA Hery visant à sa réélection ont également été évoqués dans la presse nationale en mars 2018.

Toutefois, la société Ferrum Mining elle-même n’a reçu que peu d’attention dans les médias. De nombreuses questions concernant cette entreprise doivent pourtant obtenir des réponses si l’on souhaite évaluer objectivement si le partenariat avec Ferrum Mining représente un atout ou une menace pour KRAOMA S.A. et l’Etat malgache. Qui dirige cette société russe ? Qui en est propriétaire ? Pourquoi a-t-elle été choisie comme partenaire par KRAOMA S.A., et ce, sans processus d’appel d’offres ? Ce choix s’explique-t-il par la notoriété de Ferrum Mining et ses réalisations passées ? Ou s’agit-il plutôt d’une question de bonnes connexions politiques, voire de corruption ? Ferrum Mining est-elle affiliée à la société Stork International Gmbh, anciennement la principale cliente de la KRAOMA envers laquelle cette dernière est aujourd’hui lourdement endettée ?

 

Une croissance fulgurante ?

Le site internet de Ferrum Mining fait état de son expertise de pointe dans l’industrie minière sur le territoire africain. Il y est fait mention que Ferrum Mining possède « toutes les licences nécessaires et travaille actuellement sur le terrain à Madagascar » en plus d’être en phase d’exploration géologique dans le cadre du « développement de projets prometteurs au Zimbabwe, au Soudan et dans d’autres pays ». 

Les informations mises à la disposition du public par les services fiscaux fédéraux de la Fédération de Russie racontent une toute autre histoire. Ferrum Mining n’a été enregistrée qu’en novembre 2017, initialement sous le nom de Petroneft. Elle a été fondée par ZHEZHEROVA Alena Vladimirovna (ou ЖЕЖЕРОВА АЛЕНА ВЛАДИМИРОВНА en alphabet cyrillique) avec un capital social de 10 000 roubles (soit environ 520 000 ariary). Selon ce registre, Mme ZHEZHEROVA détient 100% des actions de Ferrum Mining et en est aussi la seule employée. Néanmoins, la société emploierait aujourd’hui au moins neuf ressortissants russes, déployés à Madagascar en septembre 2018. Autre information intéressante, l’immeuble où se situe le siège social de la société, sis au Saint-Petersburg, Blagodatnaya st. 63, bld. 1A, office 23, est partagé avec 17 autres sociétés. Petite société avec de grandes ambitions ou grande société voulant éviter d’attirer l’attention ? Dans tous les cas, on peut se demander comment Ferrum Mining a pu acquérir en seulement neuf mois d’existence une notoriété et une expertise suffisante pour convaincre les dirigeants de KRAOMA S.A. de conclure avec eux un partenariat de cette importance sans processus d’appel d’offre.

 

Le siège de Ferrum Mining à Saint-Pétersbourg (Google map)

 

Quelques autres incongruités

Le succès de Ferrum Mining dans la réalisation d’autres projets d’envergure dans le domaine de l’extraction du chrome ou d’autres minerais, à Madagascar ou dans d’autres pays, pourrait justifier la rapidité avec lequel ce partenariat a été conclu. Toutefois, il nous a été impossible d’identifier quelque activité antérieure de Ferrum Mining et rien n’indique que cette société soit effectivement impliquée dans des projets au Soudan ou au Zimbabwe. Fait intéressant, les activités liées à l'industrie minière n'arrivent qu'au 17e rang des activités déclarées par Ferrum Mining au registre des entreprises, tout juste après la chasse et le piégeage d’animaux sauvages.

Contrairement à ce que le site internet de Ferrum Mining affirme, la société ne possèderait en réalité aucune licence pour l’exploitation minière à Madagascar. Le registre disponible sur le site internet du Bureau du cadastre minier de Madagascar (BCMM) ne fait état d’aucune licence lui étant attribuée. Pour MBOINY Simon Seva, le Directeur général de KRAOMA MINING S.A., interviewé pour les besoins du premier article de cette série dédiée à KRAOMA S.A., Ferrum Mining ne ferait qu’apporter un appui financier à la KRAOMA S.A. par le biais de leur joint-venture KRAOMA MINING S.A. et ne possèderait ainsi pas de licence.

 

Mme ZHEZHEROVA : un prête-nom ?

Certains détails laissent planer un doute sur les fonctions réelles de la Directrice générale et propriétaire unique de Ferrum Mining. Selon une organisation partenaire du réseau MALINA spécialisée dans le journalisme d’investigation et experte du contexte russe, il n’existerait aucune trace de Mme ZHEZHEROVA dans les bases de données pertinentes et sur les réseaux sociaux.

Autre fait étonnant, Mme ZHEZHEROVA n’est mentionnée dans aucun des documents relatifs au partenariat que nous avons pu obtenir. C’est un certain OSIPOV Evgeny qui a signé pour le compte de Ferrum Mining le contrat établissant le partenariat entre cette dernière et KRAOMA S.A. Notons que M. OSIPOV est aussi le Président du conseil d’administration de la joint-venture KRAOMA MINING S.A. et a signé à ce titre le contrat d’amodiation entre celle-ci et KRAOMA S.A. Quoiqu’il soit commun de voir des tâches importantes déléguées au sein d’une entreprise d’envergure impliquée dans de multiples projets, il est pour le moins étrange que pour le premier projet d’envergure réalisé par la société Ferrum Mining à Madagascar, le nom de sa Présidente exécutive et fondatrice n’apparaisse nulle part.

On peut dès lors légitimement soupçonner que Mme ZHEZHEROVA soit en fait un prête-nom pour Ferrum Mining, et non sa réelle fondatrice.

 

D’autres sociétés au profil similaire

Cette conclusion est étayée par l’existence de deux autres sociétés, Pion LLC et Transcom LLC, qui auraient également été fondées et dirigées par Mme ZHEZHEROVA. Ces deux entreprises ont un profil très similaire à celui de Ferrum Mining, d’après les registres officiels. Fondées à Saint-Pétersbourg avec un capital social de 10 000 roubles chacune, Mme ZHEZHEROVA en serait la seule actionnaire et employée.

La situation de leurs sièges sociaux a de surprenantes similarités avec le profil du siège social de Ferrum Mining. Particulièrement celui de Transcom LLC, qui partage son adresse avec sept autres sociétés, à l’emplacement d’une unité d’habitation vétuste.

Pion LLC est aujourd’hui dissoute, mais Transcom LLC est toujours en activité dans le commerce du bois et des matériaux de constructions. Cette dernière bénéficierait de revenus annuels substantiels allant jusqu’à 1 million de dollars américains, mais reste malgré cela très discrète. Aucune présence de cette société sur internet n’a en effet été relevée par notre investigation.

 

Une absence d’appel d’offres suspecte

Un processus d’appel d’offre aurait permis d’apporter des réponses aux questionnements entourant Ferrum Mining. En effet, le Décret N°2006-346 exige que tout répondant à un appel d'offre fournisse des informations permettant de l'identifier ainsi qu’une description de ses capacités professionnelles, techniques et financières.

Pourquoi donc aucun appel d’offres n’a été réalisé ? Rappelons que, selon le Directeur Général de KRAOMA MINING S.A., cette situation s’expliquerait par le fait que Ferrum Mining ne fait qu’apporter des fonds à travers sa joint-venture avec KRAOMA S.A. Oublie-t-il les trois permis d’exploitation qui ont été transférés de KRAOMA S.A. à KRAOMA MINING et les neuf employés de Ferrum Mining présents à Madagascar pour apporter un appui technique au personnel de KRAOMA S.A. ? Et quand bien même Ferrum Mining ne serait qu’un simple investisseur, une évaluation indépendante des actifs de KRAOMA S.A. transférés à la joint-venture aurait dû être réalisée. C’est en substance ce que martèle le Ministère des finances et du budget dans une lettre du 23 octobre 2018 adressée à la Direction de KRAOMA S.A. Une telle évaluation est obligatoire avant toute cession ou transfert d’actifs, selon l'article 423 de la Loi n°2003-036 sur les sociétés commerciales. Il convient de noter ici que le Ministère des finances et du budget est légalement responsable de la gestion des parts d’action appartenant à l’état dans les sociétés commerciales (97,17% dans le cas de KRAOMA S.A.).

On peut donc s’interroger : pourquoi cette absence d'appel d'offres ? Favoritisme du régime HVM envers les russes ? Corruption favorisant l’ex-président et les dirigeants de KRAOMA ? Et qu’en est-il de la relation de Ferrum Mining avec la société Stork ?

Il est notoire que l’ex-Président RAJAONARIMAMPIANINA a noué des liens étroits avec la Fédération de Russie durant la dernière année de sa présidence. Il visitait Moscou en mars 2018 accompagné de RAMANANTSOA Benjamin Ramarcel, qui deviendra plus tard président du Conseil d’Administration de KRAOMA S.A, et de ZAFILAHY Ying Vah, alors ministre des Mines et des Industries pétrolières devenu en septembre 2018 ambassadeur de Madagascar en Russie. A l’occasion de sa visite, RAJAONARIMAMPIANINA Hery s’est vu remettre un doctorat honorifique de l’Université de l’amitié des peuples basée à Moscou, établissement où M. MBOINY, par ailleurs fondateur de l’association des anciens étudiants malgaches d’URSS et de Russie, a obtenu un diplôme. Deux mois plus tard, en mai 2018, un protocole d'accord était signé entre ledit ministre des Industries minières et pétrolières et le Directeur Général de Zarubezhgeologiya JSC, une société appartenant à JSC ROSGEO, elle-même société d’état d’investissement de la Fédération de Russie. Le protocole prévoit « une coopération à long terme des parties dans le domaine des études géologiques, de l'évaluation des ressources minérales, de la prospection et de l'exploration de gisements de minéraux sur le territoire de la République de Madagascar ». Enfin, sous la présidence de RAJAONARIMAMPIANINA, Madagascar a signé un protocole d’accord relatif à une coopération militaire avec la Fédération de Russie et un projet de coopération entre les deux pays pour la rénovation du port de Toamasina avait été discuté.

A noter également que les deux derniers présidents du Conseil d’administration de KRAOMA S.A., à savoir RANDRASANA Eric Jean Noël et RAMANANTSOA Benjamin Ramarcel, cumulaient tous les deux ce poste avec celui de directeur du cabinet civil du Président.

Quant à la société Stork, considérant l’imposante créance qu’elle possède vis-à-vis de KRAOMA S.A., les motifs ne manquent pas pour encourager ce partenariat ou même la vente pure et simple de la société d’état malgache à une société russe. En effet, rappelons que selon le Directeur Général de KRAOMA MINING S.A. et ancien représentant de Stork à Madagascar, MBOINY Simon Seva, la société Stork a acheté en avance plus de 6 millions de dollars américains de minerai à KRAOMA S.A, un contrat qui n’aurait pas été respecté par KRAOMA S.A.

Existe-t-il un lien formel entre Stork et Ferrum Mining ? M. MBOINY répond qu’il ne sait pas, mais que Stork possède des bureaux à Moscou. Une compagnie basée dans la région russe du Sverdlovsk fait aussi partie du Groupe Stork. Par ailleurs, RAGHAV Jugendra Singh, le Directeur Général du Groupe Stork, serait, selon le New York Times, un ancien agent du KGB ayant effectué ses études en Russie. C’est dans le cadre de ces études qu’il aurait côtoyé M. MBOINY et M. ZAFILAHY, ancien ministre des Mines et des Industries pétrolières et ambassadeur de Madagascar en Russie durant la Présidence RAJAONARIMAMPIANINA, si l’on en croit un article du média Africa Intelligence.

 

Quelle suite ?

Bien qu’il ne soit pas possible à l’heure actuelle de confirmer si l’une ou toutes ces hypothèses sont avérées, il est probable que la vérité sur les conditions ayant conduit à ce partenariat opaque entre les sociétés KRAOMA S.A. et Ferrum Mining soit prochainement connue de tous. Le nouveau ministre des mines et des ressources stratégiques du régime RAJOELINA, M. RAVOKATRA Fidiniavo, et le Directeur Général de la KRAOMA S.A. nouvellement nommé, M. RAKOTOMANANTSOA Nirina, ont annoncé à plusieurs reprises ces dernières semaines un audit de KRAOMA S.A. et une évaluation indépendante des actifs de la société d'État.

Espérons que le nécessaire sera fait pour redonner à la KRAOMA S.A. son statut de fleuron de l'industrie minière malgache et s’assurer que les responsables de sa ruine soient traduits devant les instances compétentes.

 

L'auteur tient à reconnaitre la contribution des reporters de l'Investigative Dashboard, une initiative de l'Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP), au cours de l'investigation ayant précédé la rédaction de cet article


Souscrire à notre lettre d’information

Pour rester informé sur nos investigations et recevoir des informations régulières sur le réseau de journalistes d’investigations MALINA, souscrivez à sa lettre d’information électronique.